Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 06:00

Comme tous les ans, va revenir l'éternelle question :" j'ai "trouvé" tel ou tel oisillon, tombé du nid, abandonné, en danger...!!!!!

Que faire ?"

La réponse est lapidaire et mérite quelques nuances mais...RIEN !

Lors de "la nuit de la chouette",  une présentation et un "relâché"de deux chouettes effraies (blessées et guéries) ont été faits par les étudiants vétérinaires qui s'occupent du centre de soins aux oiseaux blessés, à Nantes.

L'an dernier, 180 chouettes effraies ont été apportées au centre. Sur les 180, 90 étaient des bébés chouettes apportées par des gens bien intentionnés, parce qu'ils les avaient "trouvées""abandonnées". (Sur 100 hulottes, 50 étaient aussi des bébés "désairés", enlevés de leur aire naturelle))

Les petites chouettes, mais ce ne sont pas les seules, quittent le nid sans savoir voler : les effraies restent un mois sur une branche , sans voler, nourries par les parents. Pour les autres espèces ce temps est plus court (huit jours), mais pendant ce temps, il est impératif de les laisser là où elles sont (Il en est de même des oisillons sur la pelouse ou dans la haie. Ils ne sont pas abandonnés : si vous les laissez tranquilles, les parents viendront les nourrir ! S'ils sont au sol (et s'ils ne sont pas blessés), vous pouvez les poser sur une branche à l'abri des chats (pour les chouettes, prendre des gants de jardinage : ce sont des rapaces avec serres et bec!!!)

 

14 mai 2011 (28) Jeune troglodyte réclamant la becquée - 14 mai 2011

 

L'étudiant qui présentait l'action du centre, (le plus grand de France et animé  par des étudiants bénévoles encadrés par les professeurs vétérinaires) expliquait ce qu'implique l'arrivée d'une nichée entière de bébés chouettes, amenées par des gens contents d'eux  et ayant l'impression d'oeuvrer pour la bonne cause :

- Il est impossible dans la plupart des cas d'expliquer qu'il faut remettre les petits là où ils ont été trouvés : les gens ne supportent pas qu'on leur fasse comprendre qu'en fait de bonne action ils ont fait une grosse bourde!

- ces petits doivent être nourris trois fois par jour pendant un mois avec des poussins tués et coupés en morceaux...

- ce mois se passe dans un carton ; il faut ensuite mettre les petits en volière pour qu'ils s'habituent ; on leur lâche quelques souris...mais ce n'est pas un milieu de chasse approprié et les parents ne peuvent pas leur apprendre à chasser !

- certains sont trop bien habitués aux humains et ne se débrouilleront pas seuls : ils sont euthanasiés car aucun parc n'abrite des chouettes apprivoisées... (Une exception a été faite pour un hibou petit-duc, si rare, qui ne voulait plus s'en aller... Il est au Puy du Fou actuellement).

- ceux qui sont relâchés (la moitié en moyenne) sauront-ils se débrouiller dans la nature ? Leur début dans la vie aura été pour le moins perturbé !

Voilà qui donne à réfléchir !

Pour les autres oiseaux, il en est de même : il est plus que difficile et presque toujours voué à l'échec de nourrir un oisillon; il faut laisser cette tâche à leurs parents !

 

9 juin 2011 (26)Jeune merle nourri par son père - 11 juin 2011


Seuls les oiseaux blessés doivent être emmenés dans un centre de soin ou chez un vétérinaire (certains sont partenaires des centres de soin).

De plus, il est interdit de kidnapper, acheter, vendre, transporter les chouettes et hiboux...Vous risquez des ennuis !

 

Les humains sont parfois trop interventionnistes envers la nature ! C'est une sorte d'appropriation de vouloir tout contrôler....Mais on ne peut pas s'approprier le sauvage !

 

Voir  "le sauvetage du merle de Maurice"

et  "oiseau tombé du nid"

Partager cet article
Repost0
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 06:00

tourterelles-turques 4325

 

Quelle élégance et...quel inconfort ! La taille pointue du tronc du vieux cerisier ne semble pas déranger la tourterelle turque qui a choisi cette position élevée pour faire un brin de toilette.

Mais pourquoi "turque", alors que ce doux oiseau est né en Inde et a peu à peu étendu son habitat jusqu'en Europe ? (Elle est arrivée en france en 1950, seulement !)

Elle est facilement reconnaissable à son demi-collier noir, mais il ne faut pas la prendre pour une "tourterelle à collier", même si elle en a un ! La tourterelle à collier  lui ressemble beaucoup, mais habite en Afrique,  au sud du Sahara et au sud-ouest de l'Arabie.

Je les aime bien, les tourterelles turques avec leurs mines délicatement effarouchées ! Elles viennent en couple dans le jardin et je me suis réjouie pendant plusieurs années de voir qu'il s'agissait toujours des mêmes oiseaux car...l'une d'elles était baguée.

Celle-ci semble intriguée par l'habitat compliqué des mésanges, elle qui fait un nid un peu...sommaire à la fourche d'un arbre ou dans un buisson !

 

tourterelles-turques 4328

Partager cet article
Repost0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 06:00

Je rêve ? Une oie dans le jardin ? Ce port érigé, ce cou tendu...non, une cane, une dame colvert  (pardon Madame de vous avoir prise pour une oie !) Monsieur est à côté !!! Voilà une espèce que je n'avais encore jamais vue dans le jardin ! Ces deux-là ont dû se tromper de chemin...

 

colvert 421426 mars


Mais non, le lendemain, voici Madame, seule. elle a l'air d'attendre quelque chose, le bec au vent, immobile...Il y a un cours d'eau à 300-400 mètres : erreur de  GPS ?

Ou alors, comme je rêve d'une mare, elle est venue repérer les lieux, on ne sait jamais...

Bref, j'ai des colverts dans le jardin !!!

 

Indifférente, à cinq mètres de là, la minuscule mésange bleue surveille la confection du nid par la femelle...c'est qu'il faut être vigilant : le nichoir a été conquis de haute lutte, dès le début  février, sur les mésanges charbonnières...

 

 mesange-bleue 4292

 
  mesange-bleue 4298

 

...Le temps est gris, brumeux, pluvieux, froid, mais s'il empêche toute photo digne de ce nom, il ne perturbe pas l'instinct des oiseaux: c'est la saison des nids !

 

Pâques s'annonce "aux tisons" et  mouillé qui plus est !

Alors je médite cette phrase de Christian Bobin :

"La seule tristesse qui se rencontre dans cette vie vient de notre incapacité à la recevoir sans l'assombrir par le sentiment que quelque chose en elle nous est dû : rien ne nous est dû dans cette vie, pas même l'innocence d'un ciel bleu."

Partager cet article
Repost0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 06:00

Les températures ne sont plus négatives, les oiseaux peuvent maintenant subvenir seuls à leurs besoins.

Mais il faut diminuer progressivement la nourriture aux mangeoires, pour laisser aux oiseaux le temps de chercher ailleurs...Depuis dix jours,  je ne mets plus de boules de graisse (inappropriées pour la saison,même s'il ne fait pas chaud !) et seulement un demi-gobelet de tournesol par jour.

Pour moi, le signal de l'arrêt du nourrissage des oiseaux, c'est le départ des migrateurs, tarins des aulnes et pinsons du nord, car je n'ai pas le coeur de les obliger à dépenser de l'énergie en recherche de nourriture juste avant leur migration. Ils ont besoin d'être en forme!

 

varies 406720 mars 2013


Mais ensuite, en quatre ou cinq jours, plus de mangeoires ! La saison des nids arrive et les oisillons ont besoin de nourriture naturelle (insectes  ...) !

Voir ma page  : Faut-il nourrir les oiseaux ?

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 20:16

18 janvier 2013

C'est la surprise de ce matin : tout est blanc, le jardin, les arbres, le ciel, la rue...blanc de blanc, mi-givré mi-ouaté...ou plutôt blanc bleuté alors que le jour est à peine levé.

L'encadrement du jardin dans la fenêtre me fait penser au petit jeu du jardin encadré du jardin des violettes!

Et bien, voilà janvier en tableau au jardin !

  18 janvier 2013 (8)

 

Mais l'urgence, avant le thé, ce sont les mangeoires : avec ce temps, les oiseaux en ont vraiment besoin.

Je m'affaire autour de l'"arbre aux oiseaux", tandis que le métallique "ti ti" du rouge-gorge me salue. Attendait-il ? Au moins, il me parle, me dit qu'il est content que je sois sortie parce que là, vraiment, il fait froid et...faim ! Des flocons d'avoine dans de la graisse végétale (bio !) pour lui, des graines de tournesol, des graines (blé, maIs) plus spécialement destinées aux ramiers et tourterelles turques, les boules de graisse, de la poudre d'amandes, la trémie de cacahuètes...Tout est prêt.... je ne sens plus mes doigts!

Je remarque que l'abreuvoir aux oiseaux est plein de neige....

Tandis que l'eau de la bouilloire se réchauffe, je vois  un chardonneret  boire une gorgée de neige ! Zut ! C'est une grande perte d'énergie et un refroidissement certain pour les oiseaux obligés de faire fondre la neige...

Je me dépêche d'ôter la neige de l'abreuvoir et de faire un trou dans la glace du dessous avec ma boulloire d'eau tiède.

 

A peine entrée à la maison, j'observe un chardonneret déjà là, qui boit l'eau providentielle, bientôt suivi par deux tarins des aulnes. Ces petits migrateurs venus de l'est (où je les vois l'été dans les Alpes) sont arrivés au jardin voici une semaine. 18 janvier 2013 (15) 

Et bientôt, avec le jour levé maintenant, c'est une cohorte d'oiseaux qui se presse aux mangeoires et dans tout le jardin ! Une vraie volière ! J'en compte une trentaine au sol, sans parler des oiseaux perchés sur les mangeoires et dans la végétation tout autour !...

 

18 janvier 2013 (122)

Des mésanges bleues tirent avec détermination sur les derniers petits fruits rouges du cotonéaster !

 Il y a là les mésanges bleues, charbonnières, nonettes et même une mésange noire nouvellement arrivée...

Il y a là les verdiers et tarins des aulnes, les chardonnerets et les pinsons, assez malhabiles sur la neige verglassée, les pauvres...vroup ! ca glisse!

Parmi les pinsons, voilà le premier pinson du nord (mâle) de l'hiver, migrateur tout comme les tarins des aulnes (que l'on apperçoit derrière lui, mâle à gauche, femelle à droite)

 

18 janvier 2013 (146)

pinson du nord et tarins des aulnes

 

18-janvier-2013--123-.jpgtarin des aulnes femelle

 

Mais la neige m'appelle et je sors avec l'appareil photos malgré la quasi impossibilité de faire des photos tout juste acceptables avec cette lumière blafarde.... Je passe deux heures au bord du Gesvres où la gadoue d'hier s'est transformée en gadoue d'aujourd'hui, blanche et glissante! J'ai en tête le mauvais souvenir de ma glissade dans la boue de l'an dernier et de ma fracture de cheville dont le souvenir est encore cuisant..."Ma fille, attention, car cette fois, tu es seule sur ces chemins et si tu tombes, tu n'auras plus qu'à revenir à quatre pattes!"

L'angelus sonne midi au clocher quand je reviens, les joues rouges et les doigts gourds, au son du claquement sec de la neige qui se casse à chacun de mes pas...

Le jardin volière est si animé que je suis obligée de remplir à nouveau une des mangeoires déjà vide et...refaire  chauffer de l'eau pour l'abreuvoir qui a re-gelé...


18 janvier 2013 (135)

  chardonneret élégant

 

  Arrivent maintenant les merles auxquels j'ai jeté des pommes blettes sur l'herbe blanche...Une tourterelle turque me fait de la peine : recroquevillée sur une branche au milieu de  l'agitation et des querelles, elle ne mange même pas...je suppose qu'elle a froid. Quand je regarde à nouveau, elle n'est plus là...Titi fait taire son dégoût de la foule mais ne supporte quand même pas la présence d'un autre rouge-gorge qui s'est invité au festin !

Même les étourneaux s'approchent timidement, à trois ou quatre, jamais plus, et se délectent des pommes...celui-ci aussi à l'air gelé et reste un long moment immobile sur le pin dans la neige ...

 

18-janvier-2013--141-.jpg

 

Immobile ? Ce n'est par contre pas le cas de ce verdier qui a fait sa petite gymnastique-toilette sur le pin, pour se réchauffer peut-être! Il ne lui manque qu'une musique !!!

 

  18 janvier 2013 (39)
18 janvier 2013 (43)
 
18 janvier 2013 (42)
  18 janvier 2013 (44)
  18 janvier 2013 (46)
  18 janvier 2013 (48)

Cliquez sur les images du verdier pour les agrandir


A quatre heures, le jour semble déjà s'éteindre, si tant est qu'il se soit vraiment allumé de la journée. Une sorte de grésil très fin semble poudrer la lumière. Les oiseaux se pressent, se chamaillent...C'est qu'il va falloir affronter la nuit...

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 06:00

  11 octobre au matin...un très sombre matin , gris et pluvieux...(qui rend les photos très mauvaises...)

J'observe le jardin et le remue-ménage des oiseaux.

Je suis perplexe quand on me dit "les oiseaux, je ne les vois que l'hiver, à la mangeoire !"

Perplexe, mais pas tant que ça...

D'abord, il faut prendre le temps d'observer : les oiseaux de l'été et de l'automne sont plus discrets que les foules qui fréquentent les mangeoires. Ils vont et viennent sur les arbres et les plantes...

Ce matin, en l'espace d'un quart d'heure, j'ai vu (et entendu ) le remue-ménage des merles,

celui des ramiers et des corneilles


et puis..le pillage de mes tournesols (sur pied !) par les mésanges bleues et charbonnières

  mesange-bleue 0944
  mesanges-charbonnieres 0924  l  
les coups de bec du pic épeiche sur mon vieux pommier décédé,      pic-epeiche 0935  

 

et le geai, gourmand des glands et des pommes tombées.

 

geai 0946

Dans la haie, les merles ont vite fait d'engloutir les baies d'aubépine ; celles du  cotonéaster ne sont pas encore mures et prendront le relai !

Je me répète mais...il est malvenu de nourrir les oiseaux hors des périodes de gel ou de neige  :  ils doivent se nourrir seuls, c'est l'équilibre naturel, qu'il est dangereux de bouleverser. Les oiseaux sont des animaux sauvages qu'il est malsain de rendre dépendants pour notre plaisir .

Alors, si l'on veut voir les oiseaux au jardin toute l'année, on peut le rendre accueillant, semer des fleurs dont ils aiment les graines (tournesols, cosmos) ou qui attirent les insectes,( qui attirent les oiseaux), laisser les pucerons se faire dévorer par les mésanges, et planter des arbutes à baies qui attirent un grand nombre d'oiseaux.

 

Voir , au sommaire, la catégorie "Arbustes à baies" et la page : Les oiseaux et les arbustes à baies

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 06:00

L'absence de pluie a vidé la cuve de récupération d'eau, flétri les feuilles des plantes que je n'arrose pas, transformé l'herbe en paillasson jauni !

Le jardin crie la soif!

Mais il n'est pas le seul: chaque jour, au moins matin et soir,  j'ai la visite des ramiers à l'abreuvoir aux oiseaux...

ramiers 0647 D'ordinaire craintifs et facilement effarouchés, ils s'enhardissent jusqu'à venir à un mètre de moi sur la terrasse : ces pauvres granivores ont besoin d'eau et font taire leur crainte coutumière.

 

Ils ne sont pas les seuls! Tout le monde fait la queue pour boire, et attend patiemment son tour... mesanges-charbonnieres 0640
...enfin, presque patiemment ! Il y a les sans-gêne dont l'apparition suffit à faire fuir les plus timides ou...les plus prudents...
chats 0652

 

 
Partager cet article
Repost0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 06:00

Comme chaque printemps, les nichoirs du pommier et du cerisier ont été occupés très tôt ;  dès février, les logements étaient revendiqués, les baux signés

Les charbonnières du pommier sont méfiantes...Je me cache en partie derrière le lierre pour ne pas les effaroucher, mais là, surprise, Monsieur et madame Pinson jaillissent des feuilles et m'injurient copieusement, perchés sur le pommier ! Voilà qui ne va pas amadouer les charbonnières !

 

7 mai 2012 (20)

 

Ils piaillent haut et fort un danger horrible et imminent : moi !

Vous ne pouvez pas vous taire un peu?.... Non.

Les parents charbonnières tournent dans le pommier, mais n'osent pas entrer dans le nichoir...

Je n'insiste pas : je suppose qu'il y a un nid de pinsons dans le lierre!

Et enfin, je peux juste "saisir"la  queue de Papa charbonnière qui s'est quand même décidé...( Ah! Les mâles! Quel courage!!!...)

 

7 mai 2012 

Heureusement, les petites bleues du cerisier  (qui est mort cet hiver et dont il ne reste que les branches nues) sont moins farouches et je peux m'approcher sans les perturber le moins du monde !

 

7 mai 2012 (9)

 

Une petite chenille... Plutôt râpé, le plumage des parents ! Il aura besoin d'une bonne rénovation quand les petits seront émancipés!

 

7 mai 2012 (10)

 

7 mai 2012 (2)

 

 " Excuse-nous si nous ne pouvons pas poser, Capucyne, nous sommes débordées!"

 

7 mai 2012 (4)

 

7 mai 2012 (12)

 

Et inlassablement...

 

7 mai 2012 (5)

Photos du 7 mai 2012

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 06:00

16 janvier 2012 (29)

 

Les oiseaux ont un rôle à jouer dans la nature : ils limitent la prolifération des insectes et des graines de plantes envahissantes. Il ne faut donc pas les détourner de ce rôle en les nourrissant n'importe quand!

Il faut certes les aider quand la nourriture devient rare (périodes de fortes gelées ou de neige) en hiver, et cesser progressivement de les nourrir dès que les températures repassent au-dessus de 0°..

En aucun cas il ne faut nourrir les oiseaux au printemps : la nourriture artificielle pourrait avoir des conséquenses catastrophiques sur la croissance des jeunes oisillons incapables de l' assimiler correctement.

Et puis, quand les températures deviennent positives, les mangeoires peuvent favoriser les épidémies mortelles (salmonellose)

Depuis un mois, donc, plus de graines, plus de boules ni de pains de graisse ! Titi s'est "dédoublé" et arpente le jardin à pattes nerveuses, les mésanges s'affairent à la construction des nids, les pinsons se chamaillent, les chardonnerets et verdiers sont partis s'activer ailleurs, les merles chassent les vers de terre, le pic épeiche vient tambouriner le cerisier et Victor, le troglodyte, cherche un endroit propice à la construction de ses nids...mais la baignoire-abreuvoir, elle, attire toujours du monde!

 

fév (24)

Partager cet article
Repost0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 06:00

Ils sont bien contents de trouver les pommes blettes que j'avais gardées pour eux au congélateur....

Les merles, bien sûr, que la terre gelée empêche de se livrer à la chasse aux vers de terre, se sont reconvertis à la chasse aux pommes !

 

La petite grive musicienne a dû pourfendre tous les escargots et limaces (du moins ceux qui ne se sont pas cachés du froid !!!) car elle ne quitte pas le jardin depuis un mois ! Elle ose s'approcher timidement des pommes quand Merlin a le dos tourné

du 5 au 8 fév.2012 124

 

J'ai eu la surprise de voir ces deux petites soeurs, fauvettes "à tête noire", sans doute des jeunes de l'année dernière,( à la calotte non pas noire des mâles, mais rousses des jeunes et des femelles) se partager une pomme et...quelques morceaux d'abicots secs (non pas des abricots jaunes enduits de souffre des grandes surfaces... mais des "vrais" abricots séchés !) .

fév.2012 fauvettes à tête noire

 

Les quémendeurs du froid, les étourneaux , sont aussi à leur heure des frugivores et dévorent à beau bec les pommes abandonnées sur la terre gelée.

2 fév.2012 (71)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : La nature et la plume
  • : Observation des oiseaux Regards sur la nature -
  • Contact

Profil

  • Capucyne
  • département:Loire-Atlantique
  • département:Loire-Atlantique

Texte Libre

Tous les textes et photographies de ce blog sont protégées par la loi sur le copyright et ne peuvent être utilisées sans l'accord de leur auteur.
Articles L. 111-1 à L. 111-5, L. 112-1 à L. 112-4, L. 113-1 à L. 113-9, loi sur la propriété intellectuelle


Recherche

Archives