Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 10:05

 

Les petites pommes du malus sont enrhumées ! Mais ni la gelée, ni la pluie qui leur donne "la goutte au nez" ne les empêchent d'étaler la bonne humeur de leurs joues rondes et rouges, à la convoitise des oiseaux qui raffolent de ce petit goût de confit que leur a donné le gel !

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 08:30
Symbole de la fidélité plutôt collante, le lierre meurt si on le détache!
Pourtant, à la différence du gui, ce n'est pas un parasite: il s'appuie sur un arbre mais ne l'étouffe pas (sauf si l'arbre est déjà malade).

Les baies rouges de l'hiver se font de plus en plus rares: il y a longtemps que les sorbiers des oiseaux, le chèvrefeuille ou l'aubépine n'ont plus de fruits et, sur les cotonéasters ne subsistent que quelques petites boules rouges..., mais, après les autres arbustes à baies, le lierre a fleuri, "en décalé" (régalant à l'automne abeilles et bourdons) et ses petites baies noires sont prêtes à prendre le relais: le froid n'est pas fini ! Les troglodytes , les pinsons ...sont friands du lierre et par les nuits froides, il sert d'abri protecteur. Le printemps revenu, nombre d'oiseaux feront leur nid dans ses guirlandes et les chenilles de certains papillons (comme l'azuré du nerprun ) se gaveront de  ses feuilles!

...............
Partager cet article
Repost0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 20:47


Il est aérien, le gui, suspendu, il n'a pas les pieds sur terre !
C'est un parasite qui se nourrit des autres...C'est aussi un remède...
Ses boules sont transparentes et nacrées, translucides et opaques. C'est la seule plante à baies qui les porte blanches!
Le gui nourrit certains oiseaux, en particulier la grive draine. Le couple "gui-grive" fonctionne en binôme: le gui nourrit l'oiseau, l'oiseau protège la plante; la grive mange les baies mais ,dans ses fientes, elle rejette, intactes,  les graines qui s'entortillent  aux branches: la pulpe qui reste collée à la graine,contient de la viscine, substance collante qui aide la graine à se fixer au rameau...Un suçoir en forme de clou va percer l'écorce et aide la plante à se nourrir ...aux dépends de l'arbre.
Certains oiseaux , par contre, comme la sitelle ou la mésange bleue,  broient complètement la graine et ne sont d'aucune utilité au gui.
Les druides vénéraient cette plante qui reste verte tout l'hiver, décorant de ses lunes opalines leur arbre sacré, le chêne. Ils la cueillaient avec une serpe d'or et la récoltaient en veillant à ce qu'elle ne touche pas le sol, sous peine de la voir dépossédée de ses pouvoirs...
Le gui, parasite de l'arbre, est utilisé dans la lutte contre le cancer, parasite des cellules. La plante (viscum album) détruit les cellules malades sans s'attaquer aux cellules saines...
Au Moyen-Age, on accrochait des boules de gui à la porte des maisons pour se protéger des épidémies et des maladies comme la peste.
La coutume veut que passer (et s'embrasser!) sous une boule de gui, à l'aube de l'année nouvelle, porte bonheur...si vous pouvez aller en décrocher!!! "Au gui l'an neuf!"




Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 09:22
Le merle est un des hôtes assidus du sorbier des oiseaux, mais les mésanges ne le dédaignent pas non plus

 
Pris en flagrante gourmandise!Il s'en donne à coeur (pardon, à bec!)- joie !!!
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 08:35
AVANT....(.Photo prise le 29 octobre 2009 ):




APRES....(Photo prise le 11 novembre. 2009).....:



Les merles adorent le sorbier des oiseaux, les grives et les fauvettes à tête noire aussi! jJai vu aussi des mésanges aller y faire un tour...

( pour voir les articles sur ce sujet: Les oiseaux et les arbustes à baies - 3- Quelques arbustes pour le jardin... )
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 18:30
Il existe en France quelques 230 espèces d'arbustes à fruits charnus!
En voici seulement quelques exemples , pris dans mon jardin ou mon entourage immédiat.(Les sureaux et le chèvrefeuille ont déjà été dévalisés!)
Certaines de ces baies sont comestibles et peuvent faire de délicieuses confitures ou tisanes: l'arbousier, l'aubépine, le cotonéaster, l'épine - vinette (souvent éliminée car elle héberge la rouille du blé!), les cynorrhodons de l'églantier, les prunelles, le sureau noir (alors que le sureau rouge est toxique)...
Les baies (blanches, c'est rare!) du gui (viscum album) sont utilisés en médecine  contre le cancer et font les délices des grives draines et des fauvettes à tête noire...mais aussi de la sitelle torchepot ou du gros bec...
D'autres, par contre, sont toxiques pour l'homme:  la morelle douce-amère, la morelle noire, le houx...
Les oiseaux, quant à eux,  sont insensibles à la toxicité des poisons végéraux!
Pour chaque espèce d'arbustes, on a dénombré de 10 à 43 espèces d'oiseaux intéressés, dont en tête, les merles, grives, fauvettes à tête noire...puis le rouge-gorge, les mésanges etc...
.


La mésange nonette, elle, aime le chèvrefeuille.
Les ravissants "bonnets d'évêque" roses du fusain sont principalement consommés par le rouge-gorge.
La douce-amère est aussi appréciée du pigeon et du gobe-mouche gris.
Les geais et les pics picorent les baies de l'arbousier.
La palme revient à l'églantier, fréquenté par une cinquantaine d'espèces!
Le pyracantha attire en outre le pivert, le pigeon, le chardonneret.
Le rouge-queue apprécie la vigne vierge, et les baies du sureau noir, très petites, peuvent être avalées par le troglodyte et le roitelet. Elles participent activement à l'engraissement des petits passereaux migrateurs! (C'est la raison pour laquelle j'ai eu du mal à dénicher quelques baies de sureau pour la photo!)
Il ne faut pas oublier le lierre, le cornouiller sanguin, la viorne (viburnum), les mûres, la vigne...! Les grives ont la réputation d'aimer le raisin au point  d'en être un peu grises !!

................
Le pyracantha, la morelle noire et le fusain ont vu leur nom mystérieusement effacé, mais vous allez les reconnaître!!!
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 17:24


En hiver, alors qu'insectes et graines se font rares,  la nature semble mettre fort à propos à la disposition des oiseaux les arbustes à fruits charnus :
- Ces fruits sont très nutritifs .
-Leur couleur vive, rouge ou noire pour la majorité d'entre eux, , se repère facilement...
Les oiseaux ont en effet, pour la plupart, une perception des couleurs proche de la nôtre; sur  les branches nues ou dans le feuillage encore vert, le rouge est bien visible; sur la blancheur de la neige, les baies noires se repèrent facilement et , de toute façon, elles sont passées par une phase rouge qui a permis aux oiseaux de repérer leur emplacement!
-Les oiseaux de petite taille se meuvent facilement à travers les rameaux de ces arbustes.
- Ces baies sont juste mûres à l'époque des mouvements migratoires des petits passereaux.
- Elles ont souvent un faible volume qui leur permet d'être facilement ingérables par de petits oiseaux.

A l'inverse, ces arbustes profitent de la présence des oiseaux qui sont de grands "planteurs"!
Ce mode de dissémination des plantes par les oiseaux porte le nom savant d'ornithochorie.
Certains oiseaux, grives, fauvettes, traquets, ingurgitent en entier des petits fruits charnus mais n'en digèrent que la pulpe et rejettent les graines intactes, soit par régurgitation, soit dans leurs fientes...
D'autres, comme les mésanges, se nourrissent soit de la pulpe, soit des graines...qu'elles laissent parfois tomber pendant le transport ... D'autres enterrent leurs graines et... les oublient, participant ainsi  à la dissémination des arbustes à baies !
Les oiseaux aussi bien que les plantes y trouvent donc leur compte!


Aubépine
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 19:11
..
Malus

En Europe, il n'y a pas à proprement parler d'oiseaux exclusivement frugivores, mais un grand nombre d'oiseaux se nourrit en partie de fruits à un moment ou à un autre de l'année.
Au printemps et en été, c'est un complément rafraîchissant...(au grand dam des cerisiers , framboisiers...)
En hiver, de nombreuses espèces trouvent dans les baies sauvages un apport important de vitamines et de sucre pour affronter le foid, alors que les insectes ont disparu, et que les graines se font plus rares. Si la neige recouvre le sol, il ne reste que les arbustes à baies pour nourrir merles, grives, fauvettes à tête noire, mais aussi occasionellement rouges-gorges , mésanges, bouvreuils etc...
Depuis longtemps, l'homme a hélas saisi cette occasion pour capturer les oiseaux en posant pièges et filets appâtés avec des petits fruits sauvages: le sorbier des oiseleurs doit son nom à l'usage que certains faisaient de ses sorbes! (Je préfère le rebaptiser "sorbier des oiseaux!).
Dans les Alpes, des pierres plates appâtées avec des baies de genièvre constituent encore des pièges utilisés clandestinement, et des lacets garnis de sorbes capturent encore des grives dans les Ardennes!....
Ces pratiques ont officiellement disparu...et si l'on veut au contraire aider les oiseaux à passer la mauvaise saison, il est simple de planter, au jardin ou dans une haie, un ou plusieurs arbustes à baies, pour leur survie et..notre plaisir!

.........................
Partager cet article
Repost0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 22:29


.
Ici, on les appelle les castilles. Ailleurs, ce sont des groseilles.
Chez nous, ce sont les groseilles à maquereau que l'on nomme "groseilles"...
Dans le jardin de mes grands-parents, par les après-midi étouffés de chaleur, j'aimais sentir sur le palais le plaisir acidulé des grains de castilles, un peu âpre et assez agaçant pour m'inciter à y revenir, encore et encore !
J'aimais leur petit "égrenage" sur la langue, leur rouge transparence ensoleillée et irrésistible...
Assise sur la fourche du cerisier de "cerises aigres", je cueillais de la même façon des bouquets de cerises acidulées, en choisissant les bien rondes, les bien rouges, les parfaites, et je gobais leur pulpe en comparant leurs saveurs;  le noyau restait obligemment accroché au bout de la queue , ne laissant dans la bouche que le pur plaisir du fruit désaltérant...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : La nature et la plume
  • : Observation des oiseaux Regards sur la nature -
  • Contact

Profil

  • Capucyne
  • département:Loire-Atlantique
  • département:Loire-Atlantique

Texte Libre

Tous les textes et photographies de ce blog sont protégées par la loi sur le copyright et ne peuvent être utilisées sans l'accord de leur auteur.
Articles L. 111-1 à L. 111-5, L. 112-1 à L. 112-4, L. 113-1 à L. 113-9, loi sur la propriété intellectuelle


Recherche

Archives